Eglise Saint-Louis


L'Eglise Saint-Louis, située au Nord de l'avenue Jean Jaurès (N° 224), avait été mise en vente par la paroisse, car celle-ci ne pouvait plus en assurer les frais d'entretien.

Un acheteur a été trouvé, qui permettrait de préserver le bâtiment, et éviter de le détruire pour construire des logements.

Vous pouvez lire ci-dessous, le communiqué que Julie de Breza et Christophe Grudler ont diffusé le 13 juin 2015.

Nous vous tiendrons informés de la suite de cette vente.

Vente de l'église Saint-Louis : "la Ville de Belfort ne doit pas préempter" 


Une solution a été trouvée pour conserver le bâtiment de l'église Saint-Louis, au cœur de notre canton.


Cette vente convient à l'église catholique, propriétaire qui n'en avait plus d'usage permanent, et à l'église évangélique Nouvelle Alliance, future locataire. Elle a le mérite de conserver un bâtiment édifié grâce aux paroissiens du quartier qui ont sué depuis 1968 pour la financer et la voir se réaliser. Elle a également le mérite de ne pas densifier le secteur : les riverains étaient très inquiets de la construction de logements imposants à cet emplacement, après destruction de l'église, comme l'envisageait le maire de Belfort (L'Est du 7 août 2014). Le projet du nouvel acquéreur prévoit également d'aménager du stationnement à l'arrière de l'édifice, ce qui limitera l'impact des voitures sur la voie publique.

 

La balle est aujourd'hui dans le camp de la mairie de Belfort : début mars, le maire de Belfort a fait venir France Domaines pour une évaluation du bien en cas d'achat par la ville. Pour nous, la ville ne doit pas  préempter cette vente. Il y a d'autres lieux pour construire à Belfort, où 2500 logements ne trouvent déjà pas de preneurs.

 

Lors de la dernière campagne des départementales, en mars dernier, les électeurs du secteur ont largement plébiscité notre proposition de maintenir en l'état l'église Saint-Louis, afin de ne pas trahir la mémoire des habitants du secteur qui l'ont édifiée. Nous souhaitons de tout cœur que le maire de Belfort tienne compte de ce message des urnes.

 

Julie de Breza - Christophe Grudler